MICHEL LANDELLE

ADJOINT AU DIRECTEUR DES AIRES AÉRONAUTIQUES DE PARIS-ORLY

Mon rôle au sein de l'aéroport, en tant que directeur adjoint des aires aéronautiques de Paris-Orly, consiste à m'assurer que le trafic s'écoule en toute sécurité quelles que soient les conditions météorologiques,  tout en assurant la robustesse et la performance de la plateforme.

COMMENT SE  PRÉPARE LA SAISON HIVERNALE À  PARIS-ORLY ?

La viabilité hivernale est un métier à l'année ! Nous nous préparons pendant l'été et nous opérons ou attendons les épisodes neigeux pendant l'hiver. Cela commence fin avril et se termine fin avril de l'année d'après. Tout épisode de neige auquel nous sommes confrontés, tout exercice de simulation que nous organisons à Paris-Orly fait l'objet d'un retour d'expérience, pour une amélioration qui sera appliquée soit à très court terme soit à plus long terme. Il s'agit d'un  processus d'amélioration continue des dispositifs année après année.

Dans nos formations et plans neige, chaque scénario est regroupé et pratiqué lors de nos exercices et simulations afin que nous soyons prêts en temps voulu. Il est donc primordial que notre dispositif de formation soit le plus performant possible.

QUEL RÔLE TIENT LE PC NEIGE DURANT LA SAISON ? QUELS SONT LES AUTRES PC QUI ENTRENT EN JEU LORS DU PLAN HIVERNAL ?

Le PC neige est le bras armé du dispositif pour Paris-Orly. C'est lui qui va organiser les moyens humains et logistiques, coordonner les opérations des engins pour qu'en toutes circonstances, nous puissions avoir des voies de circulation, des pistes, des points de stationnement qui soient dégagés pour que les avions puissent arriver et partir en toute sécurité.

Nous avons deux autres PC qui jouent un rôle essentiel dans nos opérations : le plateau CDM, pour Collaboration Decision Making, qui regroupe les différents acteurs impliqués dans les opérations: la Navigation aérienne, en charge de réguler les avions au sol et en vol, les compagnies aériennes, le Groupe ADP, et le cas échéant, d'autres partenaires qui pourraient être impliqués dans les opérations. Et il y a le nouveau centre de commandement dont s'est doté l'aéroport Paris-Orly au mois de janvier 2019 : l'APOC (Airport Operation Center) où tous les processus avions, techniques et passagers sont regroupés pour assurer la plus grande fluidité que ce soit du côté zone publique (zone dite "landside") ou côté pistes (zone dite "airside").

QUEL RÔLE TIENT MÉTÉO FRANCE DANS CE DISPOSITIF ?

Météo France nous met à disposition un outil spécifique appelé "aérogramme", qui traduit les prévisions en temps réel et nous permet à la fois de mieux anticiper les moyens que nous allons mettre à disposition, voire de les ajuster au fur et à mesure que les opérations vont se dérouler. Nous possédons nos propres stations météo et sondes que nous avons disposées sur nos pistes et voies de circulation. Elles remontent elles aussi de l'information sur l'humidité, sur les dépôts de neige ou de glace qui pourraient être en cours de formation et nous permettre d'ajuster nos moyens et d'agir avant que les phénomènes ne se produisent.

QU'EST-CE QUI FAIT LA SPÉCIFICITÉ DE PARIS-ORLY PAR RAPPORT À PARIS-CHARLES DE GAULLE ?

Paris-Orly fonctionne avec deux pistes : en cas de neige, pendant que l'une est en exploitation, nous devons systématiquement nous assurer que l’autre sera toujours nettoyée. En cas d’intempéries, chaque piste doit être couverte par nos engins et ce, en permanence. Le trafic peut alors se retrouver affecté sur une seule et même piste pour les atterrissages comme pour les décollages. Paris-Orly est également soumis à un couvre-feu, il est donc essentiel que les compagnies qui doivent revenir le soir, puissent être en mesure de le faire en toute sécurité.

À côté du déneigement des pistes, l'autre enjeu, c'est le dégivrage des avions. À Paris-Orly, à la différence de Paris-Charles de Gaulle, le Groupe ADP n'est pas en charge de ces opérations. Pour autant, c'est une opération essentielle dans la robustesse, la performance et la sécurité de notre plateforme. Dans ce cadre, nous avons un rôle essentiel, avec le plateau CDM, de coordination des opérations avec les compagnies et avec leurs assistants en escale qui sont responsables de ces opérations, de façon à ce que nous puissions conserver une fluidité optimale dans une sécurité maximale. C'est pour cela que le Groupe ADP a investi en 2018 et en 2019 six millions d'euros pour huit nouvelles dégivreuses. Elles sont mises à disposition en location auprès des assistants en escale, s'ils ont ponctuellement besoin d'augmenter leur capacité de dégivrage.